Virus Ebola

INFORMATION A L’ATTENTION DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE AU GHANA.

L’épidémie de fièvre hémorragique virale Ebola continue à sévir en Guinée Conakry, au Liberia et en Sierra Leone.

A ce jour, aucun cas n’a été décelé au Ghana.

1. Informations générales :

-  Pour mémoire le virus Ebola se transmet à l’homme, dans un premier temps, à partir des animaux sauvages : les réservoirs habituels de ce virus sont les chauves-souris ou les singes. La manipulation de la viande de ces animaux infectés ou sa consommation (en particulier en cas de cuisson insuffisante) permet la transmission du virus Ebola à l’homme.

-  La transmission interhumaine : le virus Ebola se transmet par contact direct et non protégé avec le sang, sécrétions ou liquides biologiques des personnes infectées. Ce sont donc les contacts rapprochés auprès de personnes malades ou de personnes décédées (lors des rites mortuaires) qui permettent la diffusion du virus. Les soignants (professionnels ou non) et les personnes qui s’occupent des sujets décédés sont donc particulièrement exposés. Aucune transmission par voie aérienne n’a été reportée à ce jour.

-  Il n’y a pas de transmission lors de la période d’incubation. Une personne qui ne présente aucun symptôme n’est pas contagieuse. Le début de la contagiosité est lié à l’apparition des premiers symptômes. Le risque de transmission est faible dans les premières phases de la maladie. Il augmente lors de l’aggravation de la maladie.

-  Les signes cliniques : les premiers symptômes peuvent apparaître entre 2 et 21 jours (moyenne de 8 jours) : état grippal avec des fièvres, douleurs musculaires, diarrhées et vomissements.

2. Protection individuelle :

Compte tenu du mode de transmission du virus (contact direct avec une personne ou un animal infecté), les mesures de protection qui doivent être prises à titre individuel, pour prévenir l’infection, sont les suivantes :

-  Ne pas se déplacer, sauf raison impérative, dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés (voir la rubrique conseils aux voyageurs du site www. diplomatie.gouv.fr).
-  Renforcer les règles d’hygiène de base, pour vous et votre entourage (famille, personnels de maison) et notamment se laver fréquemment les mains avec du savon ou une solution hydro-alcoolique.
-  Eviter tout contact rapproché avec des personnes ayant une forte fièvre (même si la transmission ne se fait que par contact direct avec le sang ou les liquides corporels).
-  Eviter tout contact avec des animaux sauvages, vivants ou morts.
-  Ne pas manipuler ou consommer de viande de brousse.
-  Il est également recommandé, alors qu’une épidémie de choléra sévit également actuellement au Ghana, et en particulier dans la région du grand Accra, de limiter au maximum les contacts (éviter de serrer des mains, faire des accolades, toucher des animaux) ; éviter les lieux de rassemblement et de forte promiscuité ; observer des précautions strictes d’hygiène concernant les aliments, chez soi ou ceux consommés à l’extérieur.

-  En cas de manifestations de fièvre, vomissements, douleurs musculaires etc.. consulter votre médecin traitant qui vous orientera et vous fera pratiquer les analyses nécessaires.

3. Situation au Ghana :

A ce jour, aucun cas de fièvre hémorragique à virus Ebola n’a été décelé au Ghana. L’ambassade de France suit très attentivement la situation dans le pays et les développements dans la sous-région, en liaison avec les autorités ghanéennes, les partenaires internationaux basés à Accra et les services officiels en France.

Le Gouvernement ghanéen a adopté, au mois d’août, un plan d’urgence destiné à prévenir l’expansion du virus au Ghana, à détecter et traiter les cas suspects et à se préparer à l’éventualité d’un cas confirmé.

Il comprend, en particulier :

-  La mise en place d’un comité interministériel dédié.
-  Une campagne d’information et de sensibilisation de la population.
-  Des mesures de contrôle sanitaires des passagers en provenance des pays affectés à l’aéroport international de Kotoka, ainsi que des points d’entrée terrestres et portuaires.
-  Les instructions données aux hôpitaux et cliniques de mettre en place procédures et salles d’isolement.
-  La formation de personnels médicaux.
-  L’établissement de trois centres de traitement (Accra-Tema, Kumasi, Tamale)
-  A noter que le Ghana dispose d’une bonne capacité de diagnostic du virus grâce à l’Institut de recherche médical de l’Université de Legon à Accra (Noguchi Institute).
-  Accra accueille le siège de la Mission des Nations unies pour la lutte contre Ebola (UNMEER).

4. Contacts utiles :

-  Médecin conseil de l’Ambassade de France :

o Dr Nathalie SEKRETEV : 0244 68 28 22 et 0277 31 82 21

-  Ambassade de France :

o Section consulaire : 0302 21 45 92 (standard)
o Permanence 24h / 24h (en dehors des horaires d’ouverture) : 0244 65 77 66

-  37 Military Hospital (Accra) :

o Numéros d’urgence (information et conseils sur la conduite à tenir)
> 029 910 0157
> 029 910 0574
> 029 910 0807

FAQ Ebola

PDF - 242.2 ko
FAQ Ebola
(PDF - 242.2 ko)

Dernière modification : 13/05/2015

Haut de page