Renforcer l’architecture multilatérale de santé

Réunion ministérielle virtuelle, 26 juin 2020, 11h00-13h00, heure de New York (17h00-19h00, heure d’Europe centrale)

JPEG

1. Contexte

La crise liée au COVID-19 appelle un sursaut du multilatéralisme. La lutte contre cette pandémie, qui a déjà coûté la vie à plus de 380.000 victimes et représente un défi pour nos sociétés, requiert une coopération internationale renforcée et une solidarité à l’échelle planétaire. Elle souligne à quel point les institutions multilatérales sont cruciales pour notre santé, notre prospérité et notre sécurité collective.

Face aux défis sans précédents auxquels les Organisations internationales et l’ordre international fondé sur des règles sont confrontés, une réunion ministérielle de l’Alliance pour le multilatéralisme avait été organisée le 16 avril 2020 lancer un appel à une coopération renforcée pour lutter contre le COVID-19.

La déclaration adoptée à l’issue de cette réunion de l’Alliance, qui a déjà été endossée par 58 pays, exprime le soutien à la coordination par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de la réponse sanitaire, ainsi qu’aux efforts déployés par l’Organisation des Nations Unies dans son ensemble, la Banque mondiale et d’autres organisations internationales et régionales, afin de mettre en œuvre une réponse mondiale coordonnée et cohérente face aux conséquences socio-économiques plus larges de la crise. Rappelant l’importance des enjeux sanitaire (ou médicaux) mais aussi sociaux, économiques et financiers, elle souligne l’importance de se préparer collectivement à de futures crises sanitaires. Enfin, elle marque la nécessité de garantir l’accès à une information fiable et libre et, plus largement, de respecter les libertés publiques et les droits de l’Homme dans une gestion de crise.

Une nouvelle réunion ministérielle de l’Alliance pour le Multilatéralisme, prévue le 26 juin 2020, jour anniversaire de la signature de la Charte des Nations Unies, vise à opérationnaliser ces orientations.

2. Objectifs

La résolution portée par l’Union européenne et adoptée par consensus lors de l’Assemblée mondiale de la santé les 18 et 19 mai 2020
a fixé les principaux axes de travail pour la réponse internationale à la crise provoquée par la pandémie du COVID-19.

La résolution appelle en particulier à mener, au moment approprié le plus proche, une évaluation complète et indépendante de la gestion de la crise, portant, sans s’y limiter, sur l’efficacité de la réponse sanitaire mondiale coordonnée par l’OMS. Elle appelle à un accès équitable et à une distribution juste de toutes technologies sanitaires essentielles et des produits nécessaires pour faire face au virus. Elle mentionne la vaccination contre le COVID-19 en tant que bien public mondial et l’initiative ACT-A, destinée à accélérer le développement et l’accès aux diagnostics, aux traitements et aux vaccins et à renforcer les systèmes de santé des pays vulnérables. Elle met enfin en lumière de nombreux facteurs susceptibles d’aggraver la crise, notamment la diffusion de rumeurs et de fausses informations et le risque de rupture d’approvisionnement en biens essentiels.

Le succès de cette résolution, coparrainée par 144 Etats, a confirmé l’attachement de la communauté internationale à la méthode multilatérale. Dans l’esprit de leur déclaration du 16 avril 2020, les membres de l’Alliance pour le multilatéralisme se doivent désormais de proposer des solutions concrètes pour mettre en œuvre cette résolution.

La réunion du 26 juin 2020 sera consacrée principalement au renforcement de l’architecture multilatérale de santé et des mécanismes à la disposition de la communauté internationale pour se prémunir contre de futures crises sanitaires.

La réunion du 26 juin permettra également d’examiner la lutte contre les infodémies. La pandémie de COVID-19 a souligné l’importance de l’accès à une information fiable et de médias indépendants et libres. Le lancement d’un groupe de travail ad hoc sur les infodémies du Forum Information et démocratie sera annoncé à cette occasion par Reporters sans frontières. Le Partenariat information et démocratie est l’une des six initiatives pilotes de l’Alliance pour le multilatéralisme./.

Dernière modification : 10/07/2020

Haut de page