Les temps forts de la Quinzaine de la Francophonie 2018

Le 10 au 24 mars, 2018, la Quinzaine de la Francophonie s’est déroulée au Ghana, lors de laquelle une série d’événements symboliques ont été organisés par les ambassades francophones en partenariat avec l’Alliance française d’Accra et l’Institut Français du Ghana

Le début des festivités

C’était une soirée à savourer le 10 mars dernier à l’Alliance Française d’Accra en présence des membres du corps diplomatique francophone (Burkina Faso, Belgique, Bénin, Canada, Côte d’Ivoire, Congo, Egypte, France, Niger, Mali, Maroc, Sénégal, Suisse) et de nombreux invités issus non seulement de la communauté francophone mais aussi de la société ghanéenne dans son ensemble.
Le vice-ministre en charge de l’Education générale, Prof. Yaw Osei Adutwum, a réaffirmé la volonté du gouvernement d’enseigner le français du primaire au lycée pour tous les élèves et a annoncé l’ouverture de classes bilingues expérimentales dès le niveau CP dans cinq
écoles d’Accra. Le directeur du Bureau Régional Afrique de l’Ouest de l’OIF, Dr. Eric Adja, a quant à lui salué les efforts du Ghana faits en ce sens, rappelé la richesse et la diversité des cultures des pays francophones et a évoqué l’importance de la dimension économique dans les échanges actuels et futurs.
La cérémonie officielle s’est ensuite prolongée par le concert du Français Domnik
Coco et le Kako band. Une soirée très animée aux couleurs guadeloupéennes avec
un public enthousiaste de 400 personnes et la présence remarquée de l’ancienne star du football français Marcel Desailly, Ghanéen de naissance.

La langue française à l’honneur

Plusieurs actions ont été organisées autour de la langue qui nous unit :

- Conférences littéraires en français et en anglais, et ateliers d’écriture de l’écrivain franco-congolais Joss Doszen à l’université du Ghana ainsi qu’à l’Alliance française du 12 au 15 mars.
- Finale Afrique de l’Ouest et Centrale du concours « Ambassadeurs en herbe » les 13 et 14 mars. Organisée par le lycée français d’Accra Jacques Prévert, la finale de zone s’est tenue pour la première fois dans la capitale ghanéenne. Les élèves de 12 établissements de l’AEFE venant des deux sous-régions se sont affrontés lors de joutes oratoires sur le thème des arts. Les cinq lauréats, dont une élève du lycée d’Accra, ont décroché leur place pour la finale qui aura lieu à Paris.
- La finale s’est prolongée par un concours de slam avec les élèves de seconde du LFA, animé par le champion français Mara qui avait travaillé en amont avec eux dans le cadre du projet « Gold Coast poetry ».
- Le Grand concours des lycéens organisé par le réseau des CREF (Centres régionaux pour l’enseignement du français - ministère ghanéen de l’Education) auquel une centaine d’établissements aparticipé à travers tout le pays. Les élèves et enseignants devaient présenter des sketchs en français de 10 minutes sur deux thèmes imposés (la culture et la jeunesse). - La finale a réuni les 5 meilleurs lycées à Accra High School le 23 mars : Chemu Senior High School (Greater Accra), Nalerigu SHS (Northern), Kanton SHS (Upper West) et Akwamuman SHS (Upper East) et T.I. Ahmadiyya Girls School (Ashanti). Ce sont ces dernières qui ont été couronnées championnes. Parmi les prix décernés figuraient des vidéoprojecteurs, des systèmes son « home Theater », des ordinateurs portables, des dictionnaires, des livres et des sacs à dos ainsi que des cartes cadeaux, grâce au soutien de l’Institut français du Ghana, de la librairie Blue Knights et du Consulat de Belgique.
-  Le concours d’écriture sur le thème « Le français en Afrique : langue du passé, du présent ou du futur ? » a également connu un grand succès avec une soixantaine de textes reçus.
-  Diverses initiatives telles que des « French Quiz » (universités) et « les
Timbrés de l’orthographe » (Alliance française de Kumasi) ont également contribué à promouvoir la langue française

Journée professionnelle : « La candidature en français, mode d’emploi

Le français, est évidemment largement apprécié comme vecteur de culture. Mais au-delà de la diffusion culturelle, la maîtrise de la langue française, troisième langue des affaires, se révèle être une compétence cruciale sur la scène professionnelle mondiale. C’est cet aspect de la langue qui fut mis en avant lors de l’atelier organisé le 21 mars à l’Alliance Française d’Accra.
Compte tenu du nombre croissant d’entreprises françaises basées au Ghana, ce séminaire s’est concentré sur les procédures de candidature en français, la présentation d’un CV et la rédaction d’une lettre de motivation. Les animateurs ont également profité de l’occasion pour bien distinguer le processus francophone de recrutement de celui expérimenté dans le milieu anglophone, tout en signalant certaines erreurs commises par des candidats anglophones lors de leur recherche d’emploi auprès des entreprises françaises.
Parmi les intervenants du séminaire on retrouvait Delphine Adenot-Owusu, Directrice de la Chambre de commerce et d’industrie France-Ghana et Julie Fournier-Angelo, Attaché de coopération pour le français à l’ambassade de France au Ghana, Virgile Satge, Attaché économique et Nina Duval, Chargée de mission pédagogique à l’Université Ghana

Chanson et cinéma

L’artiste béninoise Fafa Ruffino, à l’affiche de l’ouverture du Festival de la Francophonie 2017, s’est de nouveau impliquée, cette fois en tant directrice artistique pour le concert "French Touch" qui a eu lieu le 17 mars. Pendant plusieurs mois, elle s’est consacrée à la formation d’un groupe de 12 enfants pour qu’ils interprètent des chansons en français et en anglais.
Le 22 mars, l’ambassade de Suisse a organisé la projection du film Le temps d’Anna, très émouvant, présenté par le Chargé d’affaires, Matthias Feldman.

Une clôture à la fois festive et solennelle

La kermesse francophonie, devenue au fil des années un rendez-vous immanquable, s’est tenue le samedi 24 mars. Chaque pays a présenté ses spécialités artisanales et culinaires, tandis que deux groupes du Burkina Faso donnaient le ton.
Point d’orgue de la cérémonie de clôture de la Quinzaine : l’auguste présence du président de la République du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, qui a prononcé tout son discours en français, sous les applaudissements d’un public captivé et inspiré par sa maîtrise de la langue de Molière. "Nous nous trouvons dans un climat mondial où l’étude des langues [étrangères] devient de plus en plus importante... . . . C’est l’une des raisons pour lesquelles mon gouvernement a décidé de mettre un accent particulier sur l’étude de la langue française pour tout notre système d’enseignement primaire et secondaire", a-t-il affirmé.
Le comédien congolais Phil Darwin est ensuite monté sur scène, racontant avec humour ses nombreuses aventures interculturelles à travers le monde pour faire tomber le rideau sur une autre merveilleuse Quinzaine de la Francophonie.

Cette édition 2018 n’aurait pas été une telle réussite sans le soutien de nos sponsors et partenaires :
Société Générale, Decathlon, Accra City Hotel, Bolloré, Ibis Styles, Daily Guide et Blue Knights Bookshop l’Organisation Internationale de la Francophonie,
Et l’implication active du comité d’organisation composé de l’Alliance française, des ambassades et représentations diplomatique de Belgique, du Bénin, du Burkina Faso, du Canada, de Côte d’Ivoire, du Congo, de France, du Niger, du Mali, du Sénégal et de Suisse.

Dernière modification : 19/04/2018

Haut de page