Les relations économiques entre la France et le Ghana [en]

Le Ghana est devenu un partenaire économique important pour la France en Afrique de l’Ouest.

Depuis le début du mandat du président de la République du Ghana, Nana Akufo-Addo, en 2017, les enjeux économiques occupent une place centrale dans la relation bilatérale franco-ghanéenne. La visite en novembre 2017 à Accra du président de la République française, Emmanuel Macron, à la rencontre des start-ups d’un des principaux incubateurs de la ville, illustre l’intérêt particulier porté à l’entreprenariat et la dynamique de l’innovation dans le pays. Après 2013 et 2015, une nouvelle délégation du MEDEF International, composée d’une trentaine d’entreprises, s’est rendue au Ghana en juin 2018 pour des missions de prospections durant lesquelles elles ont été reçues par le Vice-Président Mahamudu Bawumia et les principaux ministres du gouvernement.

Plus de 70 entreprises françaises sont actuellement installées au Ghana, dont une soixantaine de filiales de groupes établis en France, et une quinzaine d’entreprises individuelles de droit local détenues par des Français. Leurs activités couvrent des domaines aussi divers que l’agriculture, la banque, l’assurance, la construction, la logistique, les hydrocarbures ou encore l’hôtellerie-restauration. Des entreprises françaises de renommée internationale ont choisi d’y implanter leurs filiales : Société Générale, Total, Technip, Pernod Ricard, Alstom, Bolloré, CMA-CGM, Air Liquide, et L’Oréal. Nos entreprises, par leurs activités, ont contribué à la création d’environ 20 000 emplois directs et indirects sur le territoire ghanéen.

Le commerce bilatéral entre la France et le Ghana s’est élevé à plus de 500 millions d’euros en 2017. Le Ghana fournit principalement la France en hydrocarbures naturels, et dans une moindre mesure en produits agricoles et alimentaires : c’est le cinquième fournisseur de la France en Afrique subsaharienne. La France exporte de son côté des produits métallurgiques, des équipements mécaniques, des produits pétroliers raffinés et des produits agroalimentaires.

Le Ghana est le 7ème pays récipiendaire des investissements français en Afrique, le 4ème au sein de la CEDEAO et le 3ème parmi les pays anglophones du continent (après le Nigéria et l’Afrique du Sud). Le montant des investissements directs français au Ghana s’est élevé à 9 millions € en 2017 pour un stock total de 1,4 milliard €. La présence de nos entreprises devrait se renforcer au cours des prochaines années grâce à de nombreux projets : l’extension du port de Tema, la production électrique ainsi que le développement d’infrastructures pour l’exploitation des champs d’hydrocarbures de TEN et Sankofa.

La Chambre de Commerce et d’Industrie française au Ghana a été inaugurée en mars 2014 ; elle regroupe aujourd’hui 140 entreprises françaises et ghanéennes. Sa mission est de soutenir le développement et le renforcement des relations d’affaires entre les deux pays grâce à une offre de services pour les entreprises. La Chambre constitue une plateforme d’échanges et de rencontres au service des communautés d’affaires des deux pays. Elle ambitionne d’être le moteur des échanges commerciaux entre la France et le Ghana pour les années à venir.

Du côté de la coopération et du développement, l’Agence Française de Développement (AFD) est présente au Ghana depuis 1985 et s’implique dans des projets pour les secteurs de l’agriculture, du développement urbain et de l’énergie électrique. L’Agence prend part à des initiatives aussi variées que le développement des cultures pérennes (hévéas et huile de palme), la réhabilitation du barrage de Kpong ou encore le financement des investissements de l’entreprise de transmission électrique GRIDCo. Proparco, filiale du groupe AFD, participe au développement du secteur privé ghanéen à travers l’octroi de prêts et des prises de participation dans le capital des entreprises du pays.

Dernière modification : 25/10/2018

Haut de page