La coopération universitaire [en]

Longtemps limitée au volet linguistique, la coopération universitaire entre la France et le Ghana s’est ouverte depuis le milieu des années 2000 à d’autres disciplines, notamment dans le domaine des sciences. Le Ghana par son excellence académique et sa croissance économique, devient une destination de plus en plus attrayante pour les universités françaises qui cherchent à nouer des partenariats en Afrique anglophone. Les partenariats institutionnels entre les deux pays permettent aux institutions de mener des actions conjointe encourageant la mobilité étudiante et enseignante, la recherche conjointe, les cotutelles de thèses, les doubles diplômes ainsi que le soutien pour l’apprentissage de français.

France Ghana Higher Education Cooperation

De nombreuses institutions françaises ont exprimé leur intérêt ou sont venues en visite au Ghana afin d’établir des relations et de monter des partenariats dont :

Université Paris Descartes Université Paris 8
Université Paris Diderot Université de Versailles Saint Quentin
Université d’Angers Université de Nantes
Université Bordeaux Montaigne Université de Caen-Normandie
Université de Lorraine Université de Lyon Catholique
Université de Pau Université de Poitiers
Université de Bordeaux Université d’Aix Marseille
Université d’Artois Université de Strasbourg
CNAM Sciences Po Paris
Sciences Po Bordeaux ISA Lille
CEFAM FIGS
Réseau N+I EDHEC
ESSEC Ecole de Savignac
Galileo Global Education CRI
EPF ESSCA
Polytechnique ESC Troyes
Montpellier Business School Toulouse Business School
Centrale Nantes ICN business school
Audencia Nantes.

Depuis 2013 des rencontres universitaires France Ghana sont organisées annuellement en France et au Ghana afin de réunir les responsables d’universités en France et de discuter des pistes potentielles de coopération qui stimuleraient la mobilité universitaire, les projets de recherche conjoints et le partage des connaissances.

JPEG

Entre ces conférences, la collaboration active avec l’association des Présidents des universités publiques ghanéennes, Vice Chancellors Ghana (VCG) a permis de parvenir à des avancées majeures, comme en 2015, la ratification d’un accord bilatéral entre la France et le Ghana pour la reconnaissance mutuelle des études et des diplômes universitaires. Cet accord, le premier du genre en Afrique subsaharienne, facilite désormais l’accès direct des diplômés ghanéens à la poursuite d’études en France.

En 2017, en parallèle de la 4ème édition des rencontres universitaires s’est tenu, à Accra et Kumasi, le tout premier salon de l’éducation " Study in France ", qui a attiré de nombreux visiteurs (500 à Accra et 300 à Kumasi). L’enseignement supérieur français devient en effet de plus en plus attractif pour les étudiants Ghanéens qui apprécient le faible coût des études (dans les établissements publics), l’excellence académique ainsi que l’offre accrue de programmes d’études en anglais (notamment au niveau Master).

En juin 2018, un accord-cadre a été signé entre l’Ambassade de France et Vice Chancellors Ghana (VCG), représentant les 10 universités publiques ghanéennes.

Cet accord formalise et renforce les liens entre les deux institutions dans la perspective d’une coopération accrue en matière d’échanges scientifiques et de mobilité étudiante.

JPEG

En novembre 2018, une délégation universitaires composée de représentants de 4 universités publiques ghanéennes (UDS, University of Development Studies ; UG, University of Ghana ; UMAT, University of Mines and Technology, et UHAS, University of Health and Allies Sciences) se rendra à Paris aux rencontres Campus France de la Francophonie. Cette visite en France sera également l’occasion pour les universitaires Ghanéens de rencontrer de potentiels partenaires académiques et scientifiques dans leurs différents domaines d’expertise.

Enfin, une série de partenariats universitaires est venue renforcer la coopération entre la France et le Ghana, au cours des dernières années. Parmi ceux-ci on peut citer :

  • ISA-Lille et KNUST : programme combiné et diplôme conjoint Bachelor-Master en sciences de l’environnement et agroalimentaire. Programme Erasmus + de mobilité étudiante et professorale.
  • Sciences Po Paris avec UG, GIMPA et UCC : programme en sciences politiques.
  • Sciences Po Bordeaux et UG : programme de mobilité étudiante en sciences politiques
  • IFREMER, Université de Bretagne Occidentale et Université de Rennes 1 avec UG : programme scientifique de formation en sciences de la terre, échange d’étudiants et de professeurs, recherche.
  • ENA et GIMPA : programme de formation des hauts fonctionnaires Ghanéens en administration publique, échanges d’enseignants, formation.
  • ENIM et UENR : échange d’étudiants et double diplôme
  • Université Paris 8 et UG : Programme Erasmus + de mobilité étudiante et professorale en littérature numérique.
  • Université de Toulouse Jean Jaurès/CNRS et UG : programme de mobilité étudiante et professorale en archéologie, co-direction de thèse.
  • EPF et KNUST : programme de mobilité étudiante en ingénierie.
  • CEFAM et KNUST : Programme Erasmus + de mobilité étudiante et professorale en littérature numérique.
  • ESIGELEC et KNUST : programme de mobilité étudiante en sciences de l’ingénieur.
  • Université Paris Diderot et UG : programme de mobilité étudiante, encadrement d’étudiants et recherche en géographie.
  • Université d’Angers et Ashesi University : séjours linguistiques et culturels pour les étudiants ghanéens.

JPEG

D’autres partenariats sont en cours de discussion.

Les étudiants français au Ghana

Quelques étudiants français viennent chaque année en programme d’échange au Ghana (Accra, Cape Coast et Kumasi). Ils apprécient notamment la qualité de l’accueil qui leur est réservé, la découverte de la culture africaine et la douceur du climat ghanéen.

L’enseignement de français professionnel

L’enseignement du français professionnel dans les universités ghanéennes a reçu un fort soutien de l’ambassade, notamment au travers de la mise en œuvre du projet du Fonds de Solidarité Prioritaire SIFFLE (Soutien aux Initiatives de Formation en Français Langue Étrangère, 2016-2018) qui a permis le partage d’expertise, le soutien pédagogique, l’accès à la formation comme à la plate-forme numérique et le soutien à l’école doctorale des études en français.

Dernière modification : 08/02/2019

Haut de page