La France aux côtés Ghana pour lutter contre le Covid-19 [en]

La France répond à l’urgence

La France est engagée dans la lutte contre le covid-19 au Ghana avec les autorités ghanéennes.

Le 15 mai dernier, en réponse à l’urgence, l’ambassade de France au Ghana a fourni au Noguchi Memorial Institute for Medical Research des kits d’extraction d’ARN. Ceux-ci permettront de réaliser plusieurs milliers de tests et d’étendre la stratégie de dépistage communautaire de détection précoce du Covid-19.

JPEG - 81.7 ko

La France soutient les populations fragilisées

L’ambassade de France a redirigé des fonds du programme d’appui à la société civile pour une intervention en faveur des populations vulnérables en cette période de crise. L’Ambassade finance ainsi deux associations ghanéennes pour leurs projets dans les quartiers défavorisés d’Accra et de Tamale. Ces associations fournissent des équipements de première nécessité (masques, gels hydro-alcooliques, etc.) et mènent des campagnes de prévention à la propagation du virus et de lutte contre la stigmatisation des personnes infectées. Elles agissent également auprès des femmes victimes de violences domestiques, qui tendent à augmenter en cette période de crise.

La France soutient le renforcement de la stratégie ghanéenne de réponse à la pandémie

L’initiative pour l’Afrique "COVID 19 - Joint Health”
L’Agence française de développement (AFD), a également lancé l’initiative « COVID 19 - Joint Health » - une réponse à la crise sanitaire mondiale causée par la pandémie de Covid-19, en particulier dans les pays en développement et investit 1,2 milliard d’euros en Afrique de l’Ouest.

Au Ghana, le projet est mis en œuvre par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), en partenariat avec le West African Centre for Cell Biology of Infectious and Non-Communicable Diseases (WACCBIP) et le Noguchi Memorial Institute for Medical Research (NMIMR) de l’Université du Ghana.

Au cours des deux prochaines années, l’IRD soutiendra la recherche-action sur la pandémie et la définition de la réponse ghanéenne. Entièrement financé par l’AFD (185 000 euros), ce financement permettra :

• La formation et la fourniture d’équipements et de consommables de diagnostic direct et de caractérisation du virus SRAS-COV 2 à grande échelle pour mener des enquêtes séro-épidémiologiques dans la population.

• Des enquêtes épidémiologiques de terrain et développement d’approches de modélisation.

JPEG - 21.5 ko

La coopération franco-ghanéenne (IRD/Noguchi) : un partenariat innovant
L’IRD et le Noguchi (NMIMR) de l’Université du Ghana, sont partenaires depuis 2010. Ensemble, ils ont développé plusieurs projets principalement dans le domaine de la santé et du paludisme. L’IRD a désormais une représentation permanente de l’IRD au Ghana, et des chercheurs affectés au Noguchi pour conduire des travaux de recherche et de formation avec leurs pairs ghanéens.

PNG - 54.9 ko

Un engagement fort de la France dans la lutte contre le Covid-19 à travers des fonds multilatéraux et européens

Outre ces actions bilatérales, la France mobilise des ressources financières, à la fois via l’Union européenne et par les canaux multilatéraux dans lesquels elle a fortement investi depuis plus de 15 ans (1er contributeur d’UNITAID, 2ème donateur historique du Fonds mondial, 6ème du GAVI).

Le Fonds mondial de lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme
Le Fonds mondial a réagi rapidement à la pandémie de COVID-19 à travers :

• La poursuite de son action dans la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme
• La mise à disposition de ressources aux pays bénéficiaires pour faire face au Covid-19

Les pays récipiendaires comme le Ghana, ont été encouragés à réaffecter les fonds non utilisés et ont été autorisés à réorienter jusqu’à 5 % de leurs subventions pour financer des activités de lutte contre le Covid-19. En outre, une réaffectation de 500 millions de dollars supplémentaires pour la création d’un mécanisme ad hoc dédié à la lutte contre le Covid-19 (« Mécanisme de réponse Covid-19 ») a été approuvée par le conseil d’administration du Fonds mondial. Il permettra aux pays bénéficiaires de répondre aux impacts de la pandémie en (i) soutenant les actions de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme mis à mal par le Covid-19, (ii) en soutenant les systèmes de santé pour combler les lacunes critiques et (iii) en apportant des réponses directes dans les pays.

JPEG - 42.7 ko

GAVI, l’Alliance pour la vaccination
GAVI permet de réorienter, sous certaines conditions, jusqu’à 10% de l’enveloppe consacrée au renforcement des systèmes de santé vers les actions liées au Covid-19. En cas de forte propagation de l’épidémie dans les pays récipiendaires des fonds du GAVI, il pourrait allouer des fonds supplémentaires pour faire face à la crise et rétablir les services de vaccination de routine.
PNG

UNITAID
Dès le début de la pandémie, UNITAID a apporté une première réponse de 30 millions de dollars US pour lutter contre le Covid-19, pour faciliter l’accès aux tests de diagnostic rapide, aux dispositifs de dépistage et de prise en charge des formes graves de la maladie et de développement d’essais cliniques pour les personnes vivant avec le VIH et co-affectées par le Covid-19, en particulier en Afrique.

UNITAID jouera également un rôle clé dans les stratégies de vaccination une fois qu’un vaccin aura été trouvé mais aussi d’accès au traitement une fois qu’il sera disponible sur le marché.

Le Ghana : hub du Programme Alimentaire Mondial (PAM)
Dans le cadre du Plan Global de Réponse Humanitaire Révisé, Accra a été choisi pour être l’un des 8 centres régionaux d’intervention du PAM des Nations Unies afin de faciliter les efforts d’intervention contre le Covid-19. Pleinement opérationnelle depuis le 14 mai, la plateforme régionale d’Accra fait partie d’un système mondial de liaisons aériennes « en étoile » pour l’envoi de fret médical et humanitaire essentiel et pour le transport de personnels de santé sur les lignes de front de la pandémie. Cette initiative est complémentaire du pont humanitaire aérien européen avec l’Afrique pour acheminer également des fournitures, des matériels et du personnel médical.

En tant que contributeur au PAM, la France participe pleinement à cet effort de mise en place de l’ensemble du dispositif logistique mondial de réponse à la pandémie.

L’Union européenne
L’Union européenne a autorisé la réaffectation de 15,64 milliards d’euros pour aider les pays en développement à faire face à la crise sanitaire et économique provoquée par le Covid-19.

La réponse européenne s’articule autour de trois axes : (i) la réponse d’urgence à court terme pour adresser les besoins humanitaires, (ii) le soutien au secteur de la santé et (iii) l’atténuation de l’impact socio-économique dans les pays partenaires, en particulier les plus vulnérables.
JPEG

« Access to Covid-19 Tools (ACT) Accelerator » : une initiative soutenue par la France
« Access to Covid-19 Tools (ACT) Accelerator » est une collaboration mondiale visant à accélérer le développement, la production et l’accès équitable aux nouveaux diagnostics, thérapies et vaccins contre le Covid-19.

Elle a été présentée lors d’une conférence de presse le 24 avril dernier par le Président de la République française, le Directeur général de l’OMS, le Président de la Commission européenne, la Fondation Bill et Melinda Gates et d’autres acteurs majeurs de la santé mondiale (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations - CEPI, Gavi the Vaccine Alliance, Global Fund to fight AIDS Tuberculosis and Malaria, Unitaid, Wellcome Trust, Banque mondiale).

Les objectifs de cette initiative sont :

• Accélérer le développement et la production de diagnostics, de traitements et de vaccins ;
• Assurer un accès sûr, équitable et universel aux diagnostics, aux traitements et aux vaccins ;
• Renforcer les systèmes de santé pour lutter contre le Covid-19 dans les pays vulnérables et poursuivre la lutte contre les autres maladies (y compris le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme).

Cette initiative est fondée sur le constat que pour lutter contre cette pandémie, il est nécessaire de travailler ensemble dans le cadre de partenariats forts et inclusifs - dirigeants politiques, partenaires des secteurs public et privé, société civile, universités et toutes les autres parties prenantes de la société - en tirant parti de leurs forces comparatives et de leurs voix respectives afin de parvenir à des solutions collectives, à une voie accélérée et à un accès pour tous.

JPEG

Dernière modification : 21/05/2020

Haut de page