Interview de Samir AYOUB, Directeur-Général du Groupe ESSCA

JPEG
Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ? Qu’est-ce qu’est l’ESSCA ?

L’ESSCA a été créée en 1909, il s’agit d’une Ecole de Management qui propose différents cursus pour des métiers en marketing, commerce, finance, RH, digital et conseil. Elle délivre un diplôme Bac +5 visé, grade de master et propose également des programmes Bachelor, Masters Spécialisés et masters of Science.

Pour ma part, je suis le directeur du Groupe ESSCA depuis septembre 2017.
Je suis diplômé de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth en Management des Entreprises et titulaire d’un Doctorat en Sciences de gestion obtenu a l’Université Paris II Panthéon Assas où j’ai enseigné la Finance et le Contrôle de Gestion avant d’enseigner ces spécialisation à l’ESSCA. Je poursuis le plan de développement 2014/2019 de l’ESSCA, notamment en consolidant la création de nouveaux campus à Lyon, Bordeaux et Aix-en-Provence, en soutenant la diversification du portefeuille des programmes et en accentuant l’impact et le développement de la marque à l’international.

Quelle est votre vision de la relation entre la France et l’Afrique et plus particulièrement avec le Ghana ?

Aujourd’hui les écoles de commerce regardent différemment l’Afrique et convergent toutes vers une perspective commune, celle d’accompagner la forte croissance africaine à travers la formation de ses jeunes.

Pour l’ESSCA, l’Afrique est au cœur de notre plan stratégique quinquennal. Nous sommes en effet une école internationale multi-campus qui possède déjà deux implantations en Europe centrale et en Asie mais nous travaillons depuis 2012 avec le Cameroun et avons l’intention d’ouvrir prochainement une antenne en Afrique du Nord.

Le Ghana est très clairement un pays à fort potentiel pour nous de par son développement économique et démographique. Même s’il s’agit à ce jour d’un îlot anglophone tourné historiquement vers l’enseignement supérieur américain ou anglais, la France et l’ESSCA en particulier ont de sérieux atouts pour concurrencer les meilleures universités anglophones jusqu’ici convoitées par les jeunes Ghanéens. L’ESSCA est en effet une école qui possède les meilleures accréditations internationales, propose un large panel de programmes en anglais et offre des opportunités d’insertion professionnelle en France et à l’international pour que les jeunes ghanéens puissent accumuler de l’expérience avant d’envisager un retour au pays. Dans les perspectives du Brexit et les incertitudes autour de l’accueil des étudiants africains aux Etats-Unis, notre offre risque fort de séduire les familles ghanéennes d’autant qu’elle promet un retour sur investissement particulièrement intéressant.

Pourriez-vous nous parler de vos projets au Ghana ?

Le Ghana possède un système d’enseignement supérieur bien reconnu et de très bon niveau. L’ESSCA serait ainsi le premier établissement français à vouloir s’y implanter et la réussite de cette implantation ne pourra se faire qu’en deux étapes. La première consiste à signer un partenariat stratégique avec un établissement d’enseignement supérieur local pouvant offrir des possibilités d’échange ou de double diplôme aux étudiants ghanéens. Dans le cas d’une réussite de cette première étape, une implantation à part entière serait ainsi envisageable accompagnée d’un corps professoral dédié.

Notre projet a reçu un accueil très favorable par l’ambassade de France à Accra et je profite de cette occasion pour remercier son excellence Monsieur l’ambassadeur et ses services pour leur soutien et leur engagement à nos côtés.

https://www.essca.fr/
JPEG

Dernière modification : 15/03/2018

Haut de page