Interview de Richard Ginioux, Directeur de l’École de Savignac [en]

JPEG

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Richard Ginioux et je dirige une Ecole de Management spécialisée dans la formation de cadres pour le secteur Hôtellerie Tourisme Restauration. Cette école appartient à la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Dordogne.
Mon parcours est le suivant : Sciences Po Bordeaux puis Master à l’ESSEC, 12 ans d’hôtellerie de luxe, 10 ans d’entreprenariat dans l’hôtellerie et bientôt 14 ans à la Direction de l’Ecole de Savignac.

Pouvez-vous présenter l’École de Savignac ?

L’Ecole de Savignac est leader en France et en Europe et bénéficie d’une excellente image en Asie et en Afrique, mais aussi sur le continent américain.
Elle forme des responsables de service et de département (pour notre diplôme Bachelor) et des directeurs d’établissements ou de réseaux (pour notre diplôme MBA) pour les grands groupes hôteliers et de restauration.
Nos diplômes sont reconnus par l’Etat et correspondent à des titres inscrits au Répertoire National des certifications professionnelles. Nos diplômes bénéficient aussi d’accréditations internationales telle que Institute of Hospitality.
Si la formation initiale reste notre activité principale, nous sommes aussi leader dans la formation continue de directeurs d’établissement et directeurs de réseaux (responsables de secteur, responsable régionaux, Directeurs des opérations Pays /région mondiale).
Enfin nous avons développé Savignac Ingénierie qui accompagne les projets de création d’Ecole, de filières ou de programmes.

Quels sont les échanges que votre école a avec les pays africains et en quoi un passage par l’école de Savignac peut aider la carrière de ces étudiants ?

En préambule je dois préciser que l’Ecole de Savignac est active sur toutes les régions du Monde, avec 22 campus partenaires, sur les 5 continents.
Pour autant, notre stratégie en Afrique est spécifique. Elle s’explique à la fois par des raisons personnelles d’ordre émotionnel et par une réflexion à moyen et long terme. Je ne m’attarderai pas sur le premier point car je serais alors incapable de me limiter à quelques lignes. Pour faire court, j’aime le continent Africain pour sa richesse culturelle, ses populations et la beauté de ce continent, berceau de l’humanité.
Notre réflexion stratégique peut plus facilement être développée. Le potentiel de l’Afrique est énorme, le continent bénéficie d’une population jeune, d’une forte croissance démographique et économique et se stabilise politiquement malgré la persistance de conflits régionaux. Un groupe dynamique de pays émergents deviennent les moteurs du développement du continent dans son ensemble. L’Afrique bénéficie en outre de l’intérêt renouvelé du marché mondial pour les matières premières et de la découverte de gisements pétrolifères ou gazeux. Aujourd’hui c’est le business mondial qui est à l’origine du développement d’une hôtellerie d’affaire sur ce continent. Mais nous voyons émerger en parallèle une hôtellerie de loisir qui capitalise sur l’héritage culturel particulier de certains pays et sur les écosystèmes sans équivalents dans d’autres pays. Le développement d’un tourisme panafricain sur des lieux de pèlerinage culturels ou religieux vient renforcer le tourisme international centré sur quelques pays et sur des thématiques essentiellement balnéaires ou Safari.

La France du fait de son histoire commune avec l’Afrique, du fait d’une langue partagée (en particulier en Afrique de l’ouest, mais pas uniquement), et de sa proximité géographique avec le continent Africain a beaucoup d’atout pour être un partenaire privilégié du développement de l’Afrique.

Pour la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Dordogne et pour l’Ecole de Savignac cette coopération semble une évidence. Nos partenaires professionnels, les grands groupes hôteliers internationaux, veulent implanter des établissements en Afrique qui soient dirigés et animés par des Africains, mais sur des standards de qualité internationaux. L’Ecole de Savignac a choisi de délocaliser son programme Bachelor, qui vise à former des responsables de service et de département de l’hôtellerie et de la restauration. Ainsi elle contribue à la montée en compétences des professionnels locaux dans notre secteur d’activité, à l’expression des talents des populations locales, tout en répondant aux attentes de ces partenaires professionnels. C’est ainsi que nous travaillons avec Thelma Dakar au Sénégal et L’Ecole Hôtelière de Grand Bassam en Côte d’Ivoire. Nous sommes en recherche de nouveaux partenariats, notamment au Ghana.

Pourriez-vous nous parler de vos projets au Ghana ?

C’est un peu tôt pour en parler. Notre première rencontre avec GIMPA (Ghana Institute of Management and public Administration) a établi une volonté réciproque de collaboration. Reste maintenant à définir précisément les contours de cette collaboration. Nous envisageons dans un premier temps un échange d’étudiants et d’intervenants. Dans un deuxième temps nous réfléchirons avec GIMPA à collaborer sur les programmes.

Avez-vous une success story à présenter ?

Notre fierté à l’Ecole de Savignac c’est que chacun des parcours de nos diplômés est une success story. J’aime raconter les histoires de ceux qui sont sortis récemment de l’Ecole car elles montrent le levier que constituent l’acquisition de compétences via nos formations, le prestige de nos diplômes et la force du réseau Savignac (2500 alumni).
Je pense notamment à Pablo qui, sorti de notre MBA en juin dernier, gère deux hôtels pour le Groupe Accor en Indonésie. Je pense aussi à ce couple de diplômés, sortis il y a moins de 5 ans de Savignac : ils occupent des postes de direction (Revenue Management et Room Division) dans deux des plus prestigieux Palaces de la place Parisienne. Nous sommes heureux de penser que nous avons contribué à leur succès.

Dernière modification : 29/11/2018

Haut de page