Cérémonie de signature

Eiffage Génie civil et RMT Industry -und Elektrotechnik GmbH- ont signé mardi 24 octobre un accord de consortium pour le projet d’extension du port de Tema.

Quel est cet accord ?

La cérémonie de signature s’est déroulée au bureau du projet portuaire en présence de M. Christian Combes, directeur de la branche africaine d’Eiffage Infrastructures, et de l’ambassadeur de France au Ghana, François Pujolas. Cet accord vise à participer à la conclusion de la première phase du projet d’expansion du Port de Tema. Ce projet spécifique comprend le développement de l’infrastructure portuaire (arrêt d’autobus, communication...), la fourniture de l’alimentation électrique nécessaire (câblage, poteaux d’éclairage) et un rôle de conseil et d’expertise. Ce consortium sera également responsable de la mise en service des nouvelles installations du port de Tema.

Que représente-t-il ?

Dès le début, la France s’est engagée dans le projet d’extension de Tema par la participation de Bolloré à Meridian Port Services, pour un investissement total de 1,5 milliard de dollars. Grâce à l’investissement de Bolloré Transport et Logistique, nous pouvons avoir un aperçu des possibilités offertes par ce modèle de joint-venture à succès ", a indiqué l’ambassadeur de France au Ghana, François Pujolas.

Meridian Port Services et Eiffage ont signé un contrat de 120 millions d’euros, pour contribuer à l’extension du port de Tema, conçu pour tirer parti de la position stratégique du Ghana au cœur de l’Afrique de l’Ouest, et en faire un pôle commercial majeur pour attirer d’avantage de financements. En outre, la majeure partie de ces dépenses seront effectuées au Ghana. Une tranche de 100 millions d’euros sera consacrée aux travaux de nivellement et une tranche de 20 millions d’euros servira à la construction d’une centrale électrique.

Il s’agit d’un nouvel investissement français dans le port de Tema, salué par l’ambassadeur de France au Ghana : "des projets de cette nature renforcent l’attractivité du Ghana, contribuant notamment à en faire une plate-forme de développement du commerce et de l’investissement, notamment des IDE, dans la sous-région". Le représentant d’Eiffage a indiqué que ce projet créerait entre 1000 et 1500 emplois pendant la durée du contrat. Ce contrat est également un nouvel engagement pour le pays de la part d’Eiffage, déjà engagé dans le projet d’interconnexion entre les réseaux électriques du Ghana et du Burkina Faso : "c’est un nouveau pas en avant pour la France dans son partenariat avec le Ghana", a ajouté l’ambassadeur de France au Ghana.

Dernière modification : 08/11/2017

Haut de page