Cérémonie de lancement d’un manuel sur l’exploitation minière durable à petite-échelle

Le 30 mai 2018, à Ampomaah Tourist Hotel, East Legon, a eu lieu la cérémonie de lancement d’un manuel sur l’exploitation minière durable à petite-échelle financé par la France.

Un projet innovant

Dans le cadre de son programme, « Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalition d’Acteurs » (PISCCA), pour la structuration et le renforcement des organisations de la société civile ghanéenne, l’Ambassade de France au Ghana finance un projet intitulé « Project on improved technologies for mercury free gold extraction and promoting the on-going sectorial reforms in the small-scale mining industry », mis en œuvre par l’association Centre for Environmental Impact Analysis (CEIA).

Le projet vise à renforcer les capacités des mineurs d’exploitations à petites échelles dans l’utilisation de méthodes d’extraction d’or sans mercure ainsi qu’à promouvoir et accompagner les réformes actuelles concernant le secteur minier.

Elaboration d’un manuel

A cet effet, un manuel à l’attention des mineurs de petites exploitations a été élaboré en partenariat avec les équipes de la Minerals Commission, la Ghana Geological Survey Authority et l’Environment Protection Agency. Il reprend les différentes législations et réglementations qui encadrent le secteur ainsi que les étapes d’enregistrement et d’obtention de licences et permis d’extraction (auprès du ministère des Terres et Ressources Naturelles, de l’Environment Protection Agency et de la Commission pour les Minéraux). Il décrit et promeut les techniques et processus d’extraction sans mercure qui ont moins d’effets néfastes sur l’environnement et forme à la conduite d’études géologiques et à l’évaluation d’impacts environnementaux. Enfin, il rend compte des effets sociaux, environnementaux et sanitaires de l’utilisation du mercure.

Soutenir les objectifs de développement durable au Ghana

Ce projet s’inscrit dans le cadre du Programme Français de Solidarité qui vise à améliorer les conditions de vie de la population et à renforcer le dialogue entre les ONG et les autorités, tant locales que nationales. Cet outil financier, qui existe sous cette forme depuis 2015, mais sous d’autres noms depuis 1998, vise à soutenir les initiatives de la société civile, avec un accent particulier sur les domaines de l’environnement et de la gouvernance. Ainsi, en 2016, le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères a délégué un budget de 1,3 million de GHC pour les 3 prochaines années pour financer des projets au Ghana et celui mis en œuvre par le CEIA en fait partie.

François Pujolas, Ambassadeur de France a tenu à « saluer les efforts du gouvernement et de la société civile pour mettre fin à l’exploitation minière illégale et créer des moyens de subsistance durables pour la population. »

La France rappelle également à travers son implication dans ce projet tout son attachement aux questions environnementales qui sont au cœur de l’Agenda 2030 pour les Objectifs de Développement Durable (ODD), et une priorité pour le Ghana et Nana Akufo-Addo, Co-président du groupe d’avocats des ODD.

Pour conclure son discours, l’Ambassadeur a souhaité mettre en avant la réussite du projet : « Je me réjouis de la publication de ce manuel qui illustre parfaitement ce partenariat. Il contribue à la promotion de techniques "respectueuses de l’environnement" tout en soutenant une politique gouvernementale stratégique pour le développement futur du Ghana. »

Dernière modification : 30/05/2018

Haut de page