COVID-19 - Message de Mme Anne-Sophie AVÉ, Ambassadeur de France au Ghana 02.06.20

Madame, Monsieur,

Le nombre de cas confirmés au Ghana est de 8297 à ce jour (38 décès). Près de 3000 personnes infectées sont désormais totalement rétablies et 5273 cas sont toujours « actifs ». La politique de tests à grande échelle au Ghana permet de confirmer des cas, même asymptomatiques. En réalité, une grande partie des personnes infectées ne présentent aucun symptôme. Restez informés en consultant :https://ghanahealthservice.org/.

Les annonces du président :

Dans son adresse à la nation du 31 mai dernier, le président a annoncé un assouplissement des mesures en vigueur, notamment :

1. Les lieux cultuels peuvent rouvrir mais limiter le nombre de participants à 25% des capacités de ces lieux avec un maximum de 100 personnes et pour une durée maximum d’une heure. Le port du masque est obligatoire ainsi que le lavage des mains et la désinfection systématique des salles. Ces mesures entrent en vigueur le vendredi 5 juin pour les musulmans, le samedi 6 pour les adventistes et le dimanche 7 pour les chrétiens.

2. A compter du 15 juin, les écoles et les universités vont rouvrir. Tous les étudiants en années terminale doivent retourner en classe le 15 juin, le 22 pour les lycéens de terminale et le 29 pour les collégiens en dernière année de collège. Les cours à l’université se tiendront en demi-classe et les étudiants recevront un masque réutilisable. Les étudiants / élèves des autres classes doivent rester chez eux.

3. Les funérailles privées peuvent se tenir avec un maximum de 100 personnes

4. Les restaurants peuvent rouvrir mais respecter des distances physiques pour leurs clients.

5. Les partis politiques, les bus et les marchés doivent continuer à respecter les procédures établies.

6. Les forces de sécurité seront chargées de faire appliquer ces règles

7. Les grands rassemblements restent interdits

8. Les frontières restent fermées jusqu’à nouvel ordre mais les ghanéens bloqués à l’étranger pourront être rapatriés et placés en quarantaine (NDLR : dans des hôtels et à leur frais)

9. Des mesures sont en place pour réagir en cas de soudaine reprise de l’épidémie.

Concernant le Lycée Français d’Accra :

Le calendrier des réouvertures prévues (étalé entre le 15 et le 29 juin, cf. point 2 supra) ne permet pas la réouverture du LFA dont la fin des cours est prévue le 3 juillet. Le lycée a adressé une communication aux parents d’élèves (ci-dessous pour mémoire) pour les en informer. Cependant, j’ai demandé au proviseur d’envisager avec les enseignants du secondaire un planning de rencontres des élèves de Première, Terminale et 3ème avec leurs professeurs sur la deuxième période du mois de juin, afin de maintenir un lien et permettre aux élèves de faire le point sur leur année scolaire et leurs perspectives.

Concernant les voyages vers l’Europe :

Les frontières demeurent fermées jusqu’à nouvel ordre. Les vols « rescue » sur autorisation spéciale accordée par le gouvernement à l’ambassade organisatrice sont possibles, mais leurs dates et fréquences dépendent des compagnies aériennes.

L’ambassade tient à jour une liste de ressortissants ou résidents français qui souhaitent partir et la transmet à la compagnie aérienne organisatrice pour leur assurer un billet (dans la limite des places disponibles). Si le nombre de places est insuffisant, les cas prioritaires sont identifiés (problèmes de santé, problèmes familiaux, fin de contrat, sans hébergement…).

A ce jour, nous avons pu faire partir près de 200 français sur des vols européens et sur l’escale Air France du 25 mai dernier. Ainsi, sans qu’il soit possible d’en prévoir la régularité, nous trouvons régulièrement des solutions pour permettre à nos compatriotes de rentrer en France.


Si vous souhaitez partir, vous devez vous signaler à l’ambassade
en indiquant, pour chaque voyageur : nom, prénom, date de naissance, numéro de passeport et date d’expiration (ces données sont protégées et ne sont transmises pour une pré-réservation qu’avec votre accord lorsqu’un vol est prévu et que vous avez confirmé souhaiter en bénéficier).

Il importe de vous signaler à l’ambassade,
car

- les vols commerciaux sont interdits (pas d’ouverture à la réservation auprès des compagnies aériennes),

- les rescue flights (seuls autorisés par le gouvernement ghanéen sont placés sous l’égide des ambassades.

- Ces vols sont payants et les compagnies aériennes qui acceptent de les effectuer doivent connaître à l’avance le nombre de passagers,

- les autorités ghanéennes demandent, avant de les autoriser, le nombre de passagers qui utiliseront le vol.

A l’arrivée en France, les voyageurs en provenance de l’étranger sont invités à se placer en quatorzaine, chez eux, sur une base volontaire (voir le décret).

Deux nouveaux documents doivent être complétés et présentés à l’aéroport : le certificat de non symptôme et la nouvelle attestation de retour en France (ci-dessous).

Word - 16.1 ko
Declaration de non symptome FR/EN/ES
(Word - 16.1 ko)
PDF - 532.6 ko
Attestation de deplacement international derogatoire hors d’Europe
(PDF - 532.6 ko)

Concernant les voyages vers le Ghana (retour ou première arrivée) :

A ce stade, les sections consulaires du Ghana à l’étranger sont fermées. Il n’est donc pas possible de venir au Ghana.

Sous le contrôle des ambassades du Ghana à l’étranger, des vols spéciaux sont organisés pour rapatrier des ghanéens bloqués à l’étranger depuis le début de la crise. Sous réserve de précisions pour les étrangers résidents au Ghana, cela ne concerne que les ressortissants ghanéens.

En tout état de cause, ces rapatriés sont placés en quarantaine obligatoire et à leurs frais dans des hôtels pour deux semaines.

Si la possibilité était offerte aux étrangers résidents de revenir au Ghana, ils seraient soumis à la même obligation de quatorzaine hôtelière et payante.

La prudence suggère de considérer, en l’état actuel des choses et « jusqu’à nouvel ordre », que s’il est possible de quitter le Ghana, il n’est pas possible d’y revenir.

L’équipe de l’ambassade de France au Ghana est présente et reste pleinement mobilisée en lien avec les autorités ghanéennes et françaises.

PNG

Dernière modification : 03/06/2020

Haut de page